amadeo_06P1267

Le tableau Avant la corrida fut présenté lors de deux importantes expositions du panorama artistique de l’époque : le X Salon d’Automne, qui eut lieu en 1912 au Grand Palais à Paris, et l’International Exhibition of Modern Art, Armory Show, qui parcourut les villes nord-américaines de New York, Chicago et Boston, en 1913. Amadeo de Souza-Cardoso était sans doute très satisfait de cette œuvre, ce qui expliquerait cette double participation.
Du point de vue thématique et formel, ce tableau fait partie d’un cycle ouvert par les XX Dessins et développé dans les illustrations de La Légende de Saint Julien L’Hospitalier. La thématique des chevaliers est récurrente chez l’artiste, qui la travaille sous différentes approches formelles. Elle devient ainsi pour Amadeo un moyen d’expérimentation artistique : on retrouve ces figures déclinées selon la stylisation de l’univers oriental des XX Dessins et jusque dans la fusion figurative imposée par le mouvement futuriste.
Dans l’ensemble de la production picturale de l’artiste, Avant la corrida manifeste tout particulièrement les répercussions de l’illustration du conte de Flaubert. On y retrouve la qualité graphique et chromatique du dessin, ainsi que la mémoire des tapisseries médiévales et de l’univers de la chevalerie, mais les figures se simplifient et leur démultiplication sur la toile crée des rythmes variés qui donnent une sensation de mouvement. Cette peinture semble ainsi figurer une interprétation des propositions cubistes et futuristes, ou du cubo-futurisme russe.
Par ailleurs, Avant la corrida nous renseigne sur la place occupée par l’artiste portugais dans l’exposition de l’Armory Show et, en conséquent, dans le panorama artistique de l’époque. Lors de l’exposition de New York, la première et la plus complète du cycle, ses tableaux esquissaient une continuité entre la sinuosité du trait, l’exubérance et le lyrisme de la couleur qui venaient de l’Art Nouveau ou de l’influence de l’estampe japonaise, et une nouvelle approche formelle qui reposait sur la stylisation des figures et leur agencement rythmé. Cette symbiose de références rendait cette peinture plus attractive et accessible au public américain, assez éloigné des mouvements avant-gardistes européens. C’est sans doute pour cela que ce tableau fut reproduit sur les cartes postales de divulgation de l’exposition et sur son catalogue.
L’intégration d’Avant la corrida dans l’Armory Show permit également d’appuyer la théorie sur le développement évolutif de l’art moderne européen, dont les avant-gardes seraient un point culminant et non un moment de rupture. Cette position était défendue par Walter Pach, principal responsable de la sélection des artistes européens qui participèrent à l’exposition aux États-Unis.

Leonor Oliveira

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s